Programmes pédagogiques

Fin 2011, l'université Paris 8 a remporté l'appel à projets "Initiatives d'excellence en formations innovantes". Son programme s'articule autour de cinq principes fondamentaux : la création comme moteur épistémologique des pédagogies innovantes (en Atelier-Laboratoire), l'utilisation systématique des technologies numériques de pointe pour l'enseignement et le travail collaboratif, l'accompagnement personnalisé des étudiant·e·s (du recrutement à la diplomation) dans le cadre d'une pédagogie par projet, l'évaluation et la transparence des résultats, l'insertion professionnelle.

L'université Paris 8 a réuni des partenaires tels que l'université Paris Ouest Nanterre-La Défense, le Centre des Sciences Humaines de Paris Nord, l'Académie nationale d'art dramatique, les Archives nationales et 37 partenaires étrangers.

Dans le cadre de ce programme, extrapole a initié et mis en œuvre un ensemble d'ateliers-laboratoires, de séminaires immersifs, de voyages d'étude, présentés ci-dessous.

IMG_1922.JPG
Les modèles pédagogiques mobilisés ont été :

Enquête

Principe de l'enquête utilisé comme mode d'observation.

Interaction

Collaboration

Modalités de travail et de collaboration en groupe. 

Distanciation

Participation

Participation active aux événements (apprentissage par la pratique).

Création

Principe d'interaction continue avec les autres participant·e·s, les enseignant·e·s et le monde professionnel.

Réflexion collective et partage des retours sur expérience.

Format libre de restitution des expériences vécues et des enquêtes menées (web doc, films, poèmes, essais, etc).

Une exploration transdisciplinaire arts-sciences, janvier 2019, Melbourne

Cet atelier-laboratoire a été structuré autour d'un échange interculturel franco-australien, entre l'université Paris 8 et de l'université de Melbourne.

Un programme intensif arts-sciences a été conçu et réalisé en collaboration avec l'équipe de la Galerie des sciences de Melbourne (SGM). La SGM fait partie d'un réseau universitaire international (Science Gallery Network) dont la mission est de stimuler la créativité et l'engagement des jeunes dans des initiatives artistiques et scientifiques (STEAM).

Le programme de cet atelier-laboratoire a été construit sur une alternance de sessions théoriques et pratiques, sur un modèle de partage et de transfert d'expériences, dans le but de permettre aux étudiant·e·s :

  • de comprendre les enjeux d'un projet culturel dans un contexte délocalisé ;

  • d’anticiper les difficultés et les ouvertures liées à la coopération internationale ;

  • d’appréhender les enjeux de la conception et de la mise en œuvre d'un projet artistique et scientifique dans sa dimension locale et internationale ;

  • d’identifier les questions médiatiques externes (avec les publics) et internes (avec les équipes) liées aux stratégies et activités arts-sciences ;

  • d’apprendre et d’observer, de se familiariser avec les techniques d'enquête et d'interview (rédaction d'un journal de bord ou d'une expérience et de supports documentaires).

Les séances ont été animées par Agnès Henry et Catherine Coleman, le Dr Robert Walton et Angharad Wynne-Jones, le Dr Guy Moron, et l'équipe de la galerie des sciences : Rose Hiscock, Ryan Jefferies, Lee Casey, Dr Niels Wouters.

Partenaires : universités Paris 8 et Paris Nanterre, ArTeC, équipe de la Science Gallery Melbourne, université de Melbourne.

Vertiges de la description,
janvier, mai 2018, Paris

Cet atelier-laboratoire s'est inscrit dans le cadre d'une collaboration entre le master PCAI (Projet Culturel et Artistique International, université Paris 8) et le groupe d'étude et de recherche Gerphau (ENSAPLV, École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-La Villette).

Dans la continuité des journées d'études « Vertiges de la description », organisées par le Gerphau en 2017, nous avons poursuivi la réflexion avec des étudiant·e·s sur le rôle et la fonction des pratiques descriptives dans les projets et recherches que nous menons.

Cet atelier-laboratoire avait un double objectif : d'une part, explorer ce que les pratiques descriptives peuvent produire dans l'élaboration des recherches et des actions, d'autre part, investir et questionner les modes de description de nos propres projets.

À partir de nos différentes disciplines et pratiques, le défi était de pouvoir discuter et travailler sur la description tout en acceptant  de brouiller les traditionnelles "séquences de raisonnement" (observation - description - analyse - interprétation) et de perturber les mythes de fidélité, de neutralité et d'immédiateté.

Pour chaque session, nous avons mis en place des protocoles d'exercices collectifs permettant aux étudiant·e·s de découvrir et d'expérimenter certaines pratiques descriptives à partir des spécificités de leurs projets respectifs.

Nous avons invité des architectes et des artistes qui ont (différemment) placé la description au cœur de leurs pratiques. Claire Bartoli (comédienne, conteuse aveugle) et Anne Frémy (iconographe, professeure d'art à l'ENSAPLV) sont intervenues sur l'audio-description d'œuvres cinématographiques et la description créative d'œuvres d'art.

Nous avons également invité de jeunes doctorantes en architecture (Sophie Goupille, Anaëlle Mahéo et Philippine Moncomble) à présenter comment l'invention de nouvelles pratiques descriptives s'inscrivait dans leur recherche : la description comme matériau, comme instrument, comme invention de nouvelles formes de recherche.

Half a house, half a university,
mai 2017, Florence

Ce séminaire intensif et immersif a été conçu dans le cadre d’un projet de coopération artistique européenne N.O.W (New Open Working process for the performing arts).  

 

Il s’est déroulé à Florence, à l’occasion du festival Fabbrica Europa. Durant 5 jours (du 10 au 15 mai 2017), 9 étudiant·e·s du master PCAI (M1 et M2) ont participé à deux sorties de laboratoire questionnant l'interaction interindividuelle dans les démarches artistiques partagées :

- Le projet Half a House (HAH) : un séminaire immersif d'une semaine, co-construit par les artistes rattaché·e·s à N.O.W. et organisé autour de journées thématiques (Fragilité, Porosité, Perméabilité et Agence).

 

Cet événement a été construit sur la base d'un échange et d'un dialogue de pratiques animées par une dizaine d'artistes, d'artistes-chercheur·se·s, d'enseignant·e·s-chercheur·se·s ou de scientifiques locaux·ales à aborder les thèmes choisis dans leur(s) discipline(s) et leur lieu de travail, puis à les partager avec un public.

Les journées se sont donc déroulées en deux temps, une matinée autour des pratiques respectives de chacun·e, suivie d'une discussion et d'une séance de travail avec le·la chercheur·se·s invité·e du jour.

- The Rope, initié par N.O.W : ce travail répond à l'appel à commande européenne CURRENT UTOPIA, qui a été remporté par l'artiste flamand Ief Spincemaille.

 

Cette commande, écrite collectivement par les partenaires du réseau, avait pour but d'offrir à un artiste ou à un collectif d'artistes un cadre ouvert et propice à l'expérimentation. Il s’agissait de questionner l'art comme vecteur et/ou outil d'interaction dans l'espace public, de tester des dispositifs de connaissance d'un territoire dans son historicité et ses usages actuels.

Queer Zagreb,
mai 2016, Zagreb

Pendant 5 jours, 14 étudiant·e·s (université Paris 8, Institut National de l’Audiovisuel, École Nationale Catholique, École Nationale Supérieure Cachan) ont étudié le projet de Domino, une organisation artistique et culturelle activiste LGBTQI+ emblématique de Zagreb qui  initie et développe le projet « Queer Zagreb » depuis une dizaine d'années, au niveau régional et international.

L'objectif de ce programme était de permettre aux étudiant·e·s de prendre la mesure de la réalité professionnelle à l'échelle locale, européenne et internationale et d'en tirer un bénéfice intellectuel, créatif et relationnel. À partir d'un projet donné, il s’agissait également de cerner et de mettre en perspective des enjeux sociaux et environnementaux à l’aune d’un territoire et de sa politique culturelle.

Le séminaire comprenait plusieurs modalités d'interaction et de participation avec les membres de l'équipe de l'organisation et les opérateur·rice·s locaux·ales. Ainsi, les étudiant·e·s ont pu examiner sur place les enjeux et les stratégies d'intervention et de programmation du projet "Queer Zagreb", les enjeux de production, et du geste artistique.

Regards croisés par l’expérience interculturelle & trans-pratique, reporté en 2023, Belgrade

Il s’agit d’un voyage d'étude et de découverte de la scène culturelle et artistique de Belgrade. Ce projet était prévu pour mai 2020, en raison de la crise sanitaire, il sera repensé pour 2023. Cet atelier-laboratoire est initié par le master PCAI (Projet Culturel et Artistique International) de l'université Paris 8 et organisé en collaboration avec le Master in Cultural Policy and Management de l'université des Arts de Belgrade.