Singspiele - Maguy Marin

Singspiele est un solo interprété par David Mambouch.

Par de subtils mouvements l’interprète endosse une multiplicité de personnages, détaille des gestes, sur lesquels le spectateur ou la spectatrice projette des époques, des univers et des narrations.

Le soliste incarne un alter-ego à la fois semblable et différent, préservant l’inintelligible mystère du visage d’autrui.

Cap au pire - Maguy Marin

Cap au pire est un solo interprété par Françoise Leick, inspiré par la pièce Worstward Ho de Samuel Beckett. L’œuvre propose l’expérience sensible de ce qui fait l’essence du métier d’interprète : la capacité à apparaître et à disparaître derrière l’intention du chorégraphe, les mots de l’auteur ou l’ombre du plateau.

VISUEL_SINGSPIELE6©S.Rouaud.jpg

Singspiele

MAGUY MARIN
David Mambouch
Benjamin Lebreton
 
 
« L’histoire de chacun se fait à travers le besoin d’être reconnu sans limite ; l’amitié désigne cette capacité infinie de reconnaissance. Imaginer que ce besoin soit constamment celui d’autrui, que l’autre comme nous-même soit livré à cette exigence et acharné à obtenir réponse, qu’il se dévore lui-même et qu’il soit comme une bête si la réponse ne vient pas, c’est à quoi on devrait s’obliger et c’est l’enfer de la vie quand on y manque. Le chemin de la reconnaissance, c’est l’infini : on fait deux pas, on-ne-peut-pas-tout-faire, mais personne n’ose justifier autrement que par un petit cynisme le recul devant une telle tâche(1)… » C’est à partir de ce fragment d’un texte de Robert Antelme que nous avons voulu dans ce travail donner place et attention à des visages, anonymes ou reconnaissables, qui, apparaissant, captent notre regard avec l’étrangeté d’une perception, inintelligible dans l’immédiat. Travail d’écoute de ce que précisément ou confusément ces visages nous disent de leurs corps absents, l’histoire particulière que ces visages muets portent, et qui nous échappera toujours. Ils nous parlent d’un lieu que J.L.Nancy nomme « le parler du manque de parole », un lieu « d’avant ou d’après la parole(2) » Quels mystères irréductibles se cachent derrière cette constellation de sensations qui nous arrive au contact d’autrui ? Du visage d’autrui? Une épiphanie qui déborde ses expressions, révélant alors l’invisible d'un individu singulier là devant nous.
 

(1) Robert Antelme : Les principes à l’épreuve, article paru le 14 juillet 1958 dans la revue « le 14 juillet » créé par Dionys Mascolo et Jean Schuster repris dans « Robert Antelme - textes inédits sur "L’espèce humaine" essais et témoignages » - éditions Gallimard
(2) Nancy, J.-L., Penser l’image, Paris, Les Presses du réel, 2010. p. 68-69

Cap au pire

Maguy Marin, Cap au pire, tiré de l’œuvre de Samuel Beckett Worstward Ho !

Une pièce interprétée par Françoise Leick
Costumes : Montserrat Casanova
Lumières et régie technique: Alexandre Bénéteaud
Voix off : David Mambouch

©S.Rouaud
©S.Rouaud

press to zoom
©S.Rouaud
©S.Rouaud

press to zoom
©B.Lebreton
©B.Lebreton

press to zoom
©S.Rouaud
©S.Rouaud

press to zoom
1/3

Conception : Maguy Marin

Interprétation : David Mambouch

Scénographie : Benjamin Lebreton

Régie générale : Rodolphe Martin

Lumières : Alex Bénéteaud

Création sonore : David Mambouch

Son : Antoine Garry

Aide à la réalisation des costumes : Nelly Geyres

 

à lire

©Association K
©Association K

press to zoom
©_Laurent_Philippe
©_Laurent_Philippe

press to zoom
©DR
©DR

press to zoom
©Association K
©Association K

press to zoom
1/3